Comment sélectionner les données à collecter pour optimser l’expérience utilisateur ?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Vous avez remarqué qu’au lieu de « naviguer » sur Internet, on « rame » de plus en plus pour accéder au contenu qui nous intéresse ?

Pop-ups incessantes entre validation des cookies, des notifications, inscription à une newsletter, un message sur les ad blocker, l’apparition du chatbot… ✅ ⛔ ✅ ⛔

Capture d’écran du site « How I experience web today »

Les canaux d’acquisition (SEO, SEA, réseaux sociaux, retargeting…) étant nombreux et couteux, quoi de plus normal que d’essayer de retenir au maximum les internautes qui arrivent – finalement – sur son site et, mieux, de les inciter à y revenir ?

Imaginez maintenant qu’en entrant dans une boutique quelconque, 15 vendeurs qui se précipitent vers vous en sautillant pour vous demander : votre adresse, votre numéro de téléphone, s’ils peuvent vous appeler, de bien regarder les affiches sur les murs, si tout va bien…

Le site « How I experience web today » donne LE parfait exemple de ce que chaque internaute vit lorsqu’il ouvre une page web.

UX et rétention ne sont pas forcément antagonistes, surtout si l’on a confiance dans la qualité de ses contenus

▶️ Vous avez 30 secondes ? Testez https://how-i-experience-web-today.com/ et dites-nous quelle est la pop-up que vous trouvez la plus utile ! Ou celle qui vous agace le plus ? 😉

Stay in touch!​

Sign up to our newsletter!

Lire égalment

Pourquoi dit-on naviguer sur internet ?

La manière dont on navigue a profondément évolué ces dernières années. Ce qui change, c’est que ces deux tendances se renforcent très fortement avec le temps : nous consultons de moins en moins de sites « principaux », certains utilisateurs n’en ayant plus que deux : #Google et #Youtube

La base du journalisme à l’américaine en 7 points

Avec cette petite série en 7 volets, l’équipe Story Lab partage l’expertise de ses journalistes American-trained – et comment l’appliquer au monde de la communication. Oh, et please pardon the franglais !